Truffle IT Exchange -2ème édition Décideurs TV

Keyyo : l'opérateur de mobiles IP plonge dans le bain des applications




Thomas Blard - Journaliste


Philippe Houdouin, bonjour.



Philippe Houdouin - Président Directeur Général de Keyyo


Bonjour Thomas.



Thomas Blard


Heureux de vous retrouver, PDG de Keyyo. Rappel d’un mot le business de Keyyo.



Philippe Houdouin


Keyyo, opérateur de téléphonie sur IP pour les entreprises, les PME, les TPE en France. Un peu plus de 22 millions d’euros de chiffre d’affaires l’année dernière. Une activité en croissance.



Thomas Blard


Comment ça s’est passé justement entre la précédente édition, le premier épisode de Truffle Capital, et aujourd’hui ?



Philippe Houdouin


On continue sur notre lancée. On a un business auprès des petites entreprises qui est en forte progression. On est probablement sur des taux de croissance de 20, 25, 30% par an. On a des métiers historiques qui font que globalement l’activité est plutôt en croissance de 10 à 15%.



Thomas Blard


Et pas mal de projets dans les cartons, de développement.



Philippe Houdouin


Voilà tout à fait. On a lancé au mois de juin un nouveau service qui s’appelle Keyyo Store, qui en fait prend acte du fait que les télécoms ne valent plus grand-chose.



Thomas Blard


Ça devient une commodité…



Philippe Houdouin


Voilà, ça devient une commodité.



Thomas Blard


Ça sera offert un jour selon vous ?



Philippe Houdouin


Ça l’est déjà par certains.



Thomas Blard


Skype par exemple.



Philippe Houdouin


Oui. Disons que la valeur dans les télécoms se réduit d’année en année, donc on prend acte de ça et on va vers le logiciel et vers un modèle de type cloud computing, à partir de notre métier de base qui est évidemment de fournir des outils de télécommunications à nos clients.



Thomas Blard


Et comment est-ce que vous voyez les prochains mois justement ? Est-ce que le marché se convertit à ça rapidement?



Philippe Houdouin


On a lancé ça sur notre base d’abonnés, ce qui est le plus naturel, avec un certain succès puisque nos abonnés ont empoché ces nouveaux services de façon assez rapide et visiblement ça répondait à un besoin.
Sur les prochains moins on va enrichir ce Keyyo Store. Lui mettre par exemple une petite application pour gérer soi-même toutes ses conférences call, envoyer du courrier. On est train de remembrer les PTT…



Thomas Blard


C’est la fameuse messagerie unique.



Philippe Houdouin


C’est surtout des services autour des communications qui vont être unifiés dans ce magasin d’applications et dont l’originalité principale est en fait la notion de gestion de parc. La grosse difficulté quand on traite avec une entreprise, c’est de l’aider à gérer son parc. Ses collaborateurs n’ont pas forcément tous les mêmes besoins donc on met à disposition du gestionnaire de parc un ensemble d’applications et lui …



Thomas Blard


…Il peut personnaliser.



Philippe Houdouin


Voilà. Il va dire ce gars envoie beaucoup de courriers, ou il appelle beaucoup vers les mobiles ou il est en déplacement permanent donc il aura accès à des applications spécifiques par rapport à ses besoins.



Thomas Blard


Est-ce que vous avez des objectifs chiffrés ?



Philippe Houdouin


On a toujours des objectifs chiffrés !



Thomas Blard


Quels sont-ils ? Qu'est-ce que vous pouvez nous dire ?



Philippe Houdouin


On est dans un projet moyen terme donc notre objectif est de délivrer une croissance à 2 chiffres sur 5 ans.



Thomas Blard


Chaque année ? En cumulé ?



Philippe Houdouin


Voilà, en cumulé donc ce n’est pas évident surtout dans l’environnement actuel qui est quand même …



Thomas Blard


…Compliqué.



Philippe Houdouin


Compliqué et incertain. Le modèle Keyyo est très résistant en fait, on s’aperçoit que ce qu’on a fait, les paris qu’on a fait au départ de cette aventure se révèlent plutôt gagnants.
Dans le marché des télécoms, on est évidemment petit, mais on est un acteur qui est plutôt en forme, plutôt dynamique. De ce point de vue-là, on contraste avec nos grands confrères qui eux sont en train de se restructurer de façon assez dure et probablement sur une période de temps qui risque d’être assez longue.



Thomas Blard


Vous espérez ramasser les morceaux ?



Philippe Houdouin


Nous on est dans cet état d’esprit de conquête d’innovation. On veut que nos clients soient satisfaits, que nos clients gagnent en productivité, que nos clients accèdent à toutes ces nouvelles applications, nous recommandent, etc… Créer une logique et une dynamique favorables et positives.
Sachant qu’on est non seulement dans un climat économique qui est difficile comme vous l’avez souligné, mais également le secteur des télécoms, lui-même, est dans une situation règlementaire complexe. Notre régulateur, l’ARCEP, a développé une politique depuis maintenant 4 à 5 années au bénéfice exclusif du consommateur, qu'il soit grand public ou professionnel. Ça s’est traduit par des baisses de prix et des baisses de tarifs absolument énormes.



Thomas Blard


Ce n’est pas que l’ARCEP, c’est un mouvement un peu mondial aussi.



Philippe Houdouin


C’est un mouvement mondial mais l’ARCEP, en France, a été à la pointe de ce mouvement et l’a encouragé de façon probablement un peu excessive au bénéfice du consommateur. Donc aujourd’hui, les producteurs sont dans une situation très complexe et je pense qu’il va falloir agir sur la régulation de façon à rééquilibrer un petit peu les choses dans les prochaines années.



Thomas Blard


Les contraintes du chef d’entreprise, c’est aussi la régulation et la règlementation.



Philippe Houdouin


Bien évidemment. C’est aussi de faire valoir le point de vue pas uniquement du consommateur, mais également le point de vue d’une filière qui est quand même clé pour la compétitivité de l’économie, l’économie française notamment.
Avoir des télécoms modernes, avoir des débits, avoir de la couverture pour tous, c’est un élément capital de l’attractivité du pays, donc il faut trouver le bon équilibre.



Thomas Blard


Voilà la mission et le message pour l’ARCEP. Merci Philippe Houdouin.



Philippe Houdouin


Merci à vous.